Al Moutamarred de Béchir Ben Slama L’autre visage d’Abou Nawas La Presse | Publié le 11.12.2008

Une pièce qui dévoile les positions de l’intellectuel rebelle face à l’hypocrisie qui règne dans la société musulmane et le despotisme qui l’asphyxie.Débat cet après-midi autour de l’œuvre à partir de 17h30 au Centre culturel de la Ville de Tunis
Très peu de gens connaissent l’intellectuel rebelle, ne reculant devant rien grâce à un verbe acerbe et un esprit libre pour critiquer gouvernants, classe politique, oulémas et autres théologiens, qui a toujours habité Abou Nawas, l’un des plus grands poètes arabes (décédé en 198 H-813 ap. J.C.).

C’est sous cet angle méconnu, que le Pr Béchir Ben Slama vient de présenter ce grand poète maudit, disons plutôt tourmenté. Le plus connu à travers le monde et devenu symbole de la légèreté des mœurs, de l’insouciance, des beuveries et des amours interdites.
Il l’a fait d’une manière originale en en faisant le héros d’une pièce de théâtre intitulée : Al Moutamarred (le rebelle). Soit six actes entiers et 16 personnages entre principaux et secondaires. Cela, sans oublier les figurants et autres rôles marginaux.

Avec un style alliant expressions arabes anciennes et concepts modernes, l’auteur nous entraînes dans les tourments politiques et sentimentaux du poète, devenu entre-temps l’ami du nouveau calife abasside Al Amine, fils du célèbre Haroun Al Rachid qui l’avait jeté en prison.
C’est en prélude à cette situation que l’auteur met face à face (Acte II) Abou Nawas et Ibrahim An Nadham, thélogien mutazilite, chef de file de ce courant de la pensée islamique connu pour son rationalisme.

Ce dernier étant venu chez Abou Nawas (Al Hassan Ibnou Hani de son vrai nom) pour le mettre en garde contre la colère d’Al Rachid après la publication d’un poème dans lequel il vilipende les Arabes bédouins et leur esprit obtus, réfractaires à la civilisation et enclins à la violence et à l’anarchie, tout en faisant l’éloge des Arabes de souche (yéménites) pour leur raffinement et leur enracinement dans la civilisation.
Dans deux actes de suite (IV et V), l’auteur met son héros aux prises avec l’autorité suprême de l’Etat, le Calife (Al Rachid puis Al Amine).

Le dernier acte (VI), Abou Nawas est souffrant, agonisant même et se prépare à quitter l’Ici-bas. Dans cet acte triste, le rôle de l’intellectuel dans la vie publique est encore au centre du débat auquel s’est joint aux côtés de An Nadham, le poète mystique Aboul Atahya, le grand linguiste, zoologiste, écrivain et théologien Al Jahidh. L’acte se termine, en bouclant la boucle (entamée dans l’acte I) avec la relation tumultueuse et malheureuse d’Abou Nawas avec la belle Jinène sa bien- aimée que l’a fait tant souffrir tout au long de sa vie, même si après maintes péripéties, elle a enfin daigné partager avec lui les mêmes sentiments.

Situation d’antan, problèmes d’aujourd’hui
Dans cette œuvre profondément engagée, Béchir Ben Slama évoque à travers la tragédie d’Abou Nawas les maux du monde musulman et son histoire houleuse ponctuée de révoltes armées, de soulèvements parfois réprimés dans le sang.
Il met à l’index la situation toujours instable de la société à cause de la Asabiya, (l’esprit de corps) que l’Islam a pourtant essayé d’éradiquer et de la chou’ou biya (chauvinisme), cette lutte intestine entre les Arabes, d’une part, et les autres peuples islamisés, de l’autre. Le tout en porte-à-faux avec les nouvelles valeurs véhiculées par l’Islam qui sont tolérance, fraternité, égalité, entre autres.
L’auteur fustige aussi l’hypocrisie qui ronge la société et surtout l’alliance des théologiens et juristes avec les gouvernants despotiques. Alliance qui a confisqué aux musulmans la liberté de choisir leurs gouvernants, et a abouti à un pernicieux amalgame entre politique et religions, et ce, contrairement aux enseignements du Prophète qui a laissé les questions d’ordre politique à la bonne volonté des croyants et s’est contenté de recommander certaines attitudes éthiques.
Truffés de vers du célèbre poète pour illustrer ses idées et appuyer ses positions, l’œuvre n’est pas dénuée d’humour. Cette satire politique et sociale si chère aux intellectuels bohémiens dont Abou Nawas fait partie. Béchir Ben Slama a donc gratifié la scène culturelle tunisienne et arabe de ce nouveau-né sympathique et ô combien critique dans lequel il a puisé les situations d’antan pour analyser les problèmes cet aprés midi.

Le débat qui aura lieu cet aprés-midi autour de l’œuvre à partir de 17h30 au Centre culturel de la Ville de Tunis (La Kasbah) participera, à coup sûr, à enrichir la lecture de cette lecture de l’histoire et ses reflets sur notre réalité d’aujourd’hui.
Organisée par l’Association des anciens de Sadiki qui fête cette année son 103e anniversaire, la rencontre sera introduite par le Pr Moncef Charfeddine, et avec la participation de l’auteur.

Foued ALLANI

Al Moutamarred de Béchir Ben Slama L’autre visage d’Abou Nawas La Presse | Publié le 11.12.2008

Une pièce qui dévoile les positions de l’intellectuel rebelle face à l’hypocrisie qui règne dans la société musulmane et le despotisme qui l’asphyxie.Débat cet après-midi autour de l’œuvre à partir de 17h30 au Centre culturel de la Ville de Tunis
Très peu de gens connaissent l’intellectuel rebelle, ne reculant devant rien grâce …

Continue reading Al Moutamarred de Béchir Ben Slama L’autre visage d’Abou Nawas La Presse | Publié le 11.12.2008

'Aïcha' de Béchir Ben Slama Réalités | Publié le 07.01.2009

Près de trente ans après sa publication, les lecteurs non arabophones ont aujourd’hui la possibilité de découvrir la traduction en français du roman de Béchir Ben Slama, “Aïcha”. Lors de ses premières éditions en arabe, le livre avait déchaîné les passions et son auteur, Béchir Ben Slama, homme de lettres et …

Continue reading ‘Aïcha’ de Béchir Ben Slama Réalités | Publié le 07.01.2009

نعم ما فعلت جريدة الحرّيّة بإدارة الدّكتور المنجي الزّيدي عندما قرّرت بعث سلسلة  » كتـاب الحرّيّة « . وكانت الباكورة من تأليف الدّكتور محمّد نجيب بوطالب الّذي أتحفنا بدراسة ضافية، عميقة حول الحوار بين الحضارات : الأبعاد والآفاق والتّحدّيّات « ,
تصدّرت الكتاب مقدّمة للدّكتور الهادي مهنّي الأمين العامّ للتجمّع الدّستوري الدّيمقراطيّ بيّن فيها الفوائد الّتي تنجرّ عن …

Continue reading حول كتاب الحوار بين الحضارات للدّكتور محمّد نجيب بو طالب

. باللّغة العربيّة
– غالي شكري : ليس بالمنصب وحده
– استجواب لنجيب محفوظ
– فقرات من مقدّمة أنيس منصور لكتاب : في رحاب الأدب والفكر ( الهيئة العامّة المصريّة للكتاب )
– البشير بن سلامة ورواية عائشة ، محمّد حيدر ( الكاتب العربيّ محلّة اتّحاد الكتّاب والأدباء العرب
– رسالة من ناصر الدّين الأسد رئيس المجمع الملكي الأردني
– عائشة …

Continue reading فهرس ملفّ العروض النقديّة لكتابات البشير بن سلامة الرّوائيّة والقصصيّة

يتحدّث الزّائر عن هذه البلاد الفسيحة من العالم الجديد انطلاقا من أيّام معدودات قضاها متنقّلا بين أماكن ومدن وقرى عديدة، إنّما يُعدّ ضربا من التجنّي على النّفس وعلى البلد، ونوعا من مغالطة القارئ أشفق على نفسي أن أتركها تجنح إليها وتتعمّدها. ناهيك أن مقاطعة « الكيباك » وحدها تمسح مليونا ونصفا من الكيلومترات المربّعة، وهي ما يقارب …

Continue reading أيّام بالكندا